Bast parle de « l’Autonomie »

L’autonomie individuelle est un leurre.
Comment une personne peut-elle être autonome
Alors que nous ne sommes jamais seuls ?

L’autonomie peut s’appliquer, d’une manière
Fonctionnelle, pour des groupes, des cercles,
Des clans, mais pas pour un individu isolé.

Même un ermite n’est jamais seul.
Il est accompagné par ses pensées,
Par son isolement aussi.

Il ne peut en être autrement tant qu’il vit
Dans ce Monde. Observe donc bien
Ceux qui se vantent d’être autonomes.

Vérifie qu’ils ne confondent pas ce terme
Avec celui de la liberté. Un être, dans son individualité,
S’il ne peut pas être autonome, peut être libre,

Libre de dépendre d’une croyance, de la transformer ;
Libre d’avoir besoin de se nourrir de matière,
Ou de lumière, ou encore des deux ;

Libre de s’isoler en plein milieu de la foule ;
Libre de chercher sa propre autonomie,
L’autonomie inclusive, et de ne point la trouver pour soi,

Mais pour pouvoir la raconter, un peu ; libre, libre
De dévoiler l’illusion de l’autonomie et de l’atteindre « presque »,
De la toucher « presque », sur la route de la grande traversée.

Réjouis-toi !

Bast parle de « Conditions »

Les conditions sont une cloison
Qui compartimente la vastitude.
Une condition, quand elle joue bien
Son rôle, est le cadre qui guide l’être
Jusqu’au nouveau seuil.

Dès que deux conditions sont présentes,
Le risque d’enfermement s’accroît
Car la seconde peut, en inconscience,
Fermer l’ouverture du seuil précédent
Et le rendre, par cela, invisible.

C’est ainsi que se crée l’enfermement.
Plus le nombre de conditions grandit, plus la cage
Se rétrécit, plus le cloisonnement se resserre.
Je t’invite à prendre conscience de « tes » conditions
Et de les retirer une à une, comme tu retirerais une vieille peau.

Lorsque tu arriveras à la dernière couche,
À la condition première, arrête-toi et,
Depuis ton temple Intérieur, cherche
À voir au-delà de cette condition et observe
La Vastitude.

Si tu la crains encore un peu, demande
Que ton unique condition soit l’Ouverture
Afin que la Vastitude t’emplisse en douceur,
En profondeur, jusqu’à ce que ta toute dernière
Peau se fonde dans le Vide Sacré et Infini de l’Amour.

Réjouis-toi !

Bast parle du « Coeur de la Terre »

Un Arbre
Des Branches
Un Tronc
Des Racines

Prends cette Force
Offerte par la Mère Terre.
Déploie tes branches comme
Tu déploierais des ailes.
Reçois l’énergie
Du Haut,
Du Bas.
Fais circuler la Sève.

Respire
Le Souffle
De la Vie
De l’Amour
Et sens
Comme Son Cœur bat
Et ressens
Comme Ton Cœur bat.

Ecoute l’Harmonie
Qui se crée
À l’Unisson
De ces deux Cœurs
Et vibre jusqu’au bout
De la plus petite brindille,
De la plus petite feuille,
De la plus petite radicelle.

Ecoute, écoute
Vos cœurs battre
La mesure infinie
Et vois comme
Ils peuvent,
Ensemble,
Chanter
La Note

Qui Nous réjouit !