Bast parle de « Tâche »

Ne regarde pas l’ampleur
De la tâche depuis sa base.
Recule, recule un peu, recule
Jusqu’à ce que t’apparaisse
Une faille, ou un éperon,
Un fait saillant.

Concentre-toi alors sur cette partie-là
Uniquement, mais entièrement.
Le dénouement d’une part entraîne
Fréquemment celui d’autres facettes.
Il faut commencer par un bout, le délier,
Sans en chercher d’autres du regard.

Ils viendront, ils se rapprocheront
D’eux-mêmes quand il sera temps,
Quand ils auront suffisamment
Relâché la tension et épousé
L’espace libéré par le nœud qui
Précédait et que tu auras défait.

Instinctivement, alors,
Avec douceur et délicatesse,
Tu te rapprocheras du noyau de la tâche.
C’est elle qui, à ce stade, tentera de reculer,
Mais elle ne pourra pas t’échapper car
La clarté est toujours plus forte
Pour aimanter, puis pour libérer,
De sa vibration, les nœuds qui
N’ont plus aucune raison
D’être sur le chemin
De l’Âme en Voyage.


Réjouis-toi !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *