Bast parle de « Passage »

Une ouverture,
Un passage,
Une arche d’alliance,
Un pont arc-en-ciel,

Qui, cette fois, ne sont pas
Des liens, des attaches,
Ni des connections,
Des liaisons,

Mais qui sont les voyages
Des pèlerins qui, cheminant
Défilent et désapprennent, sur le métier,
Le tissage et l’ouvrage,

Jusqu’à pouvoir
Arpenter le sentier
Sans se soucier de
Faire bien, de faire faux,

Sans se soucier
D’où aller, d’où repartir,
D’où s’en aller,
Ni d’où retourner.

Je te parle de ce chemin fait
De pas sages, de celui qui
T’invite à ne plus chercher
Ce qui en toi est divin,

Mais à laisser vibrer
Ta vulnérabilité, ta puissance,
Tes ombres, tes lumières
Pour, enfin, maintenant,

Vivre
Ton Humanité
Au cœur
De ta Divinité,

Et Réjouir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.