Bast parle de « l’après réveil »

À la fin de la nuit, l’aube.
À la fin du jour, le crépuscule.
Tu t’endors, tu te réveilles,
Tu te lèves, tu te couches.

Chaque jour, tu vis
Des changements d’états, de positions.
Et chaque nuit, tu vis des instants
De transitions, de transformations.

Il te semble qu’hier
Se répète aujourd’hui
Et que demain sera fait
Du même acabit.

Je t’invite à y regarder de plus près, à
Observer sous l’astre du jour, et sous la lune,
L’essence diurne,
Les sens nocturnes,

Et tu vérifieras,
Alors, qu’il en est
Pas ainsi.
Jamais.

À chaque fois que tu te glisses
Dans le lit étoilé de la nuit,
À chaque fois que tu te lèves
Et cherche, par instinct, la lumière du soleil,

Observe
Le nouvel être
Que tu es.
Toujours.

Puis, quand tu le sens,
Quand tu le ressens du Dedans,
Invite l’Esprit du Vent à venir
Souffler dans ton chant pour,

Qu’avec force et passion, il allège,
Ce qui t’inspire, de sa vibration,
Jusqu’à rendre les particules
Si fines, si subtiles,

Que « l’R » du Réveil
S’abandonne totalement
Et fasse place
À l’Éveil.

Réjouis-toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *