Bast parle de « Danse avec les Fous »

Lorsque plus rien ne peut être saisi,
Que plus rien ne peut être lâché,
Quand plus rien ne peut être compris,
Lorsque plus rien ne peut être jeté,

Quand il n’y a plus d’interprétations,
Plus de projections possibles,
Quand il n’y a plus d’idées,
Ni même de pensées subtiles,

Lorsque plus rien
Ne peut être envisagé,
Quand plus rien ne te touche
Et que, justement, cela t’émeut,

Entre, entre,
Entre dans la Danse.
Entre dans la Danse
Sacrée des Fous.

Entre dans la Ronde de Ceux-là même
Qui font une tête au carré
À toutes convenances,
À toutes croyances,

Et qui tuent, à tue-tête,
Toute raison,
Qui étêtent
Toutes illusions,

Même celles qui brillent d’une étincelle,
Les « bien allumées »,
Mêmes celles qui se parent d’amour,
Celles qui se croient aimées,

Entre, entre
Dans la Danse
Et participe à
L’ivresse des Fous.

Entre dans la Danse,
Entre dans l’Antre
Qui dissout,
Qui dissout,

Et qui dit,
En cœur,
Je m’en fous,
Je m’en fous.

Entre,
Danse
Et chante
Jusqu’à ce

Seul
L’Essentiel
Ivre,
Vibre


Et réjouisse !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.