Bast parle de « Couleurs »

Si je te dis que
L’eau du torrent
Est violette,
Me crois-tu ?

Si je te dis que
Le feu de ton cœur
Est de couleur verte,
Me crois-tu ?

Et si je te dis que la Terre
Est blanche, que les Cieux sont
Pourpres, que l’Air est rouge, et que
Les Mers sont oranges, me crois-tu ?

Je t’invite, comme d’habitude,
À aller vérifier tout cela,
Par toi-même, depuis
Le Dedans,

Et d’observer ces teintes
Sans idées préconçues,
Sans préjugés,
Sans conditionnements,

Et tu verras, certainement,
Que l’eau du torrent,
Si elle n’est pas violette,
Peut se révéler être rose bonbon,

Que la couleur du feu
De ton cœur est belle,
Et bien mouvante comme
La lueur du printemps,

Que la Terre,
Sous certaines lumières,
Peut être plus ocre
Que blanche,

Que les Cieux sont de la même couleur
Que celle qui se reflète quand
Nous Nous regardons
Dans le blanc des yeux,

Et que l’Air, même
S’il n’en a pas l’air, est coloré
De joyaux irisés et de
Paillettes arc-en-ciel,

Et que les Mers sont,
Toutes, de la couleur
Vibrante née du
Grand Mystère.

Et si, aujourd’hui, je te dis
Que la couleur du Cœur est
La Transparence,
Me crois-tu ?

Réjouis-toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *